Accueil > Manifeste

 

Manifeste

>> Geneviève Sellier  

Publié le samedi 8 octobre 2016




Ce site, qui se veut collectif, vise à proposer à un large public des analyses féministes des fictions audiovisuelles (cinéma et télévision), d’abord sur l’actualité mais aussi sur des œuvres plus anciennes… Par analyse féministe, nous entendons la prise en compte de la façon dont les fictions audiovisuelles construisent, avec les moyens formels qui sont les leurs, les identités genrées, les rapports de sexe et les sexualités, en prenant en compte les dynamiques de domination sociale dont ils sont le terrain et l’enjeu.

Cela suppose de s’intéresser à ce dont parlent ces fictions et comment elles en parlent, contrairement au discours cinéphilique dominant, et de prendre au sérieux le « divertissement », la « culture de masse » qui est le véhicule privilégié des normes de genre. À l’inverse cela suppose aussi de remettre en cause le privilège qu’on accorde en France au « cinéma d’auteur » considéré comme forcément subversif, non conformiste, etc. La « culture d’élite » n’échappe pas plus que la culture de masse aux préjugés sexistes même s’ils prennent des formes différentes.

La force des fictions audiovisuelles est leur capacité à naturaliser, par la grâce de l’effet de réel, les normes sexuées et sexuelles, à les rendre invisibles dans leur dimension normative… Notre travail consistera à déconstruire ces évidences.

Les fictions audiovisuelles sont des constructions de l’imaginaire collectif (y compris quand elles se réclament du « cinéma d’auteur ») et non des reflets de la société. Nous tenterons de pointer sous des images et des sons qui se donnent comme un enregistrement de la réalité, un état des mentalités.

Ces fictions audiovisuelles sont des productions culturelles, par définition polysémiques et ambivalentes, chargées d’affects et produisant des émotions, dont il nous faudra mesurer l’impact dans le champ du désir qui est lui aussi traversé par des normes.

Le sens des fictions audiovisuelles se construit dans une interaction entre les œuvres et leurs publics et leur réception est forcément diverse en termes de genre, de classe, de race, d’ethnicité, de génération, etc. Nous nous efforcerons de prendre en compte cette complexité et cette diversité de la réception, y compris en proposant des lectures contradictoires.

Autrement dit, si l’approche genrée des œuvres, des producteurs/trices et des spectateurs/trices est l’angle d’attaque que propose ce site, nous pratiquerons autant que faire se peut l’intersectionnalité, c’est à dire l’articulation entre les questions de genre, de classe et de race.


0 commentaire

Partager


Photos