Accueil > Publications > Véronique Le Bris, 50 femmes de cinéma

 

Véronique Le Bris, 50 femmes de cinéma

>> Geneviève Sellier  

Publié le mardi 27 mars 2018



Véronique Le Bris, 50 femmes de cinéma, Marest éditeur, Paris, 2018, 150 pages, 19€ TTC

Voici un ouvrage aussi original qu’opportun. La journaliste Véronique Le Bris a choisi de mettre en lumière avec des textes courts mais bien documentés, agrémentés de belles photos, 50 femmes de cinéma, au sens le plus large du terme et avec une volonté affirmée de diversité : tous les métiers sont représentés, toutes les époques, tous les pays et tous les destins !

Si certaines incontournables sont bien sûr présentes (Alice Guy, Musidora, Mae West, Marlène Dietrich, Elisabeth Taylor, Agnès Varda, Brigitte Bardot, Marguerite Duras, Coline Serreau, Jane Campion, Kathryn Bigelow), la plupart sont inattendues ou carrément inconnues des spectatrices ordinaires (et même des spécialistes comme votre servante). Le grand mérite de cet ouvrage est de montrer l’extraordinaire diversité des talents féminins qui se sont investis dans le cinéma, à tous les postes et dans la plupart des pays. Vous avez peut-être entendu parler de Florence Lawrence et de Frances Marion, de Musidora et de Lotte Reiniger, de Olivia de Havilland et de Joan Crawford, de Moufida Tlati et d’Euzhan Palcy, de Jackie Buet et d’Agnès b., mais vous ne savez sans doute pas vraiment quels sont leurs titres de gloire.

Et la majorité des femmes présentées dans ce volume sont des découvertes : qui connaît Aziza Amir, la première actrice et réalisatrice égyptienne ? Kinuyo Tanaka, la première actrice et réalisatrice japonaise ? Safi Faye, première réalisatrice sénégalaise ? Sherry Lansing, première dirigeante d’un grand studio hollywoodien ? Jasmila Zbanic, première réalisatrice bosniaque ? Sharbanoo Sadat, première réalisatrice afghane ? Lidia Bobrova, réalisatrice russe qui a eu maille à partir avec la censure…

On découvre aussi Béatrice Thiriet, compositrice de musique de film, Ange-Dominique Toussaint, productrice, Lucrecia Martel, qui a rénové le cinéma argentin, Xu Jinglei et Fan Bingbing qui incarnent la nouvelle génération du cinéma chinois…

Véronique Le Bris fait aussi une place aux femmes qui ont croisé le cinéma tout en s’étant finalement engagées dans un autre domaine. C’est la partie la plus déroutante, parce qu’on y trouve des stars (Marlène D. Elisabeth T. BB, Jane Fonda, Geena Davies) qui ont finalement décidé que leur vie était ailleurs, qu’il s’agisse d’engagements politiques ou sociétaux… On pourra discuter de la présence de Joan Crawford engagée pour Pepsi-cola ou de la Cicciolina, première actrice de porno à avoir fait une carrière politique !

Mais l’ensemble nous mène hors des sentiers battus et montre qu’il est urgent de sortir les femmes de l’oubli où les maintient l’histoire du cinéma, tant académique que cinéphilique.


1 commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Polémiquons.