♀ le genre & l’écran ♂

pour une critique féministe des productions audiovisuelles

Accueil > Tribunes > Bilan genré 2017 de la production française de films

 

Bilan genré 2017 de la production française de films

>> Geneviève Sellier  

Publié le lundi 2 avril 2018



Le CNC vient de publier les bilans 2017 de la production cinématographique. Comme l’institution s’y est engagée depuis 2014, elle propose aussi un bilan genré.


http://www.cnc.fr/web/fr/etudes/-/ressources/11213347


Ce bilan commence par une comparaison européenne qui est évidemment favorable à la France, d’autant plus que les pays scandinaves ne sont pas représentés… L’Italie et la Grande-Bretagne se partagent la lanterne rouge (mais il s’agit d’une Europe réduite à 5 pays, dont aussi l’Espagne et l’Allemagne, cette dernière arrivant en deuxième). Ceci dit, pour la France, le pourcentage de films réalisés par des femmes sortis en salle sur la période 2012-2016 est de 19,7 % : pas de quoi pavoiser !

Part des films réalisés par des femmes

Suivent ensuite des tableaux qui détaillent la part de films réalisés par des femmes sur les dix dernières années : on est passé de 17,9 % de la production en 2008 à 23,3 % en 2017. C’est une progression très modeste : à ce rythme (moins de 1 % de plus chaque année) il faudra attendre presque 50 ans pour arriver à la parité… Encore faudrait-il que ce rythme se maintienne, et rien n’est moins sûr puisqu’on observe à peu près la même proportion (+ ou – 20 %) dans la décennie précédente…

Budgets : faire le yoyo

Concernant les budgets, dont on sait qu’ils sont beaucoup moins importants en moyenne pour les films réalisés par des femmes (environ 30 % de moins), l’écart tend à se réduire, nous dit le CNC, sauf que cette courbe n’a rien de linéaire, ce qui est normal puisqu’aucun mécanisme visant à corriger ses inégalités d’accès aux ressources n’existe actuellement. En effet, si l’écart diminue sensiblement en 2009 par rapport à 2008, il augmente en 2010 et encore plus en 2011 ; en 2012 et 2013, on revient à peu près au niveau de 2010, puis l’écart diminue sensiblement en 2014 et 2015 pour revenir en 2016 au niveau de 2008 (« grâce » au Valerian de Luc Besson) ; en 2017, l’écart reste plus grand qu’en 2009… Donc là aussi, on peut faire le constat que, tant que des mécanismes correctifs ne seront pas mis en place, les statistiques continueront à faire le yoyo…

Premier film, puis deuxième, troisième…

Les chiffres concernant les premiers films sont plus flatteurs : en 2008, 24,3 % des premiers films étaient réalisés par des femmes ; 31,9 % en 2017. Mais là encore on est en dessous de 1 % de plus par an, et surtout, on constate que ce pourcentage baisse pour le deuxième et encore plus pour le troisième film, les réalisatrices ayant plus de difficultés que leurs confrères à faire carrière.
Le CNC intitule « Une nouvelle génération de réalisatrices » le tableau concernant justement la proportion de réalisatrices parvenant à faire un 3e film, qui est effectivement en augmentation sur 10 ans (on est passé de 28 % de 3e films en 2008 à 39 % en 2017), mais il manque un tableau comparatif concernant les réalisateurs, et surtout un tableau intégrant la variable temps : on s’apercevrait sans doute que les réalisatrices mettent 2 fois plus de temps (et sans doute plus) pour faire un film que leurs collègues masculins, ce qui diminue d’autant leur visibilité…

Commissions CNC

Concernant les commissions du CNC, il faut attendre 2017 pour que la parité soit atteinte parmi les membres, et rien ne nous dit qu’elle va se maintenir tant que ce principe ne devient pas obligatoire.

Apparences trompeuses

À propos de l’avance sur recettes – mécanisme d’aide à la production pour les scénarios « artistiquement ambitieux » et « non commerciaux », qui a permis à beaucoup de réalisatrices d’exister, mais dans le registre des films à petit budget –, on a pour la première fois des chiffres genrés comparatifs entre le nombre de dossiers déposés et le nombre d’avances accordées : en 2017, nous dit le CNC, 31 % des dossiers déposés sont réalisés – ou co-réalisés – par des femmes (dommage que contrairement aux autres tableaux, les chiffres ici ne détaillent pas ces deux cas de figure…) et 38 % des avances leur sont attribuées, ce qui équivaut à un taux de succès de 11 % pour ceux-ci, et « seulement » de 9 % pour les projets portés exclusivement par des réalisateurs.
Mais là aussi, les apparences sont trompeuses, puisque le CNC précise que dans le premier collège (qui évalue uniquement les premiers films), la moitié des avances sont attribuées à des projets réalisés ou co-réalisés par des femmes, ce qui implique une chute très sensible dans le pourcentage du 2e collège (qui évalue tous les autres projets). Dommage que le CNC ne donne que les chiffres qui vont dans le « bon sens »…

Peut mieux faire

En conclusion, le CNC pourrait mieux faire en termes de bilan genré si ce bilan était fait dans un esprit moins partisan… Très clairement, il s’agit uniquement ici de montrer que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes cinématographiques du point de vue de l’accès des femmes aux ressources, alors que l’analyse des chiffres, faite sans parti-pris, montre au contraire que des mesures incitatives sont nécessaires pour faire vraiment bouger les choses…
Au lieu de titres ronflants, on aurait préféré des conclusions sur les actions à entreprendre pour améliorer l’accès des femmes aux ressources (très considérables par rapport à la plupart des autres pays) que les pouvoirs publics mettent à la disposition du cinéma.

Accès des femmes aux ressources

Pour finir, rappelons que les chiffres de la production 2017 dessinent un tableau aux résultats encore très modestes (pour ne pas dire médiocres) en ce qui concerne l’accès des femmes aux ressources du cinéma.

http://www.cnc.fr/web/fr/etudes/-/ressources/14032486

En nombre / pourcentage, selon le type de film
FemmesHommes
Films d’animation 3 2
Documentaires 8 / 22% 29 / 78%
Fictions 46 / 25% 180 / 75 %
Budgets en millions d’euros / pourcentage
FemmesHommes
Documentaires 1,85 M€ / 7% 23,70 M€ / 93%
Fictions 173,98 M€ / 17% 859, M€ / 83 %

0 commentaire

Polémiquons ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre message devra être validé.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.