♀ le genre & l’écran ♂

pour une critique féministe des productions audiovisuelles

 

Accueil > Séries > Ainsi soient-ils

Bruno Nahon, Vincent Poymiro, Rodolphe Tissot, David ElkaïmArte / 2012/2016


Ainsi soient-ils


>> Geneviève Sellier

mercredi 14 décembre 2016

Série télé française, saison 3



Cette série qui décrit par le menu la formation de quelques séminaristes dans le contexte des luttes entre progressistes et conservateurs dans l’Église catholique, articule de façon remarquable les dimensions personnelles et politiques de la formation de ces jeunes gens, dans un séminaire quelque peu dissident à Paris.

La question de la sexualité des prêtres n’est pas éludée : ils ont tous des relations affectives et/ou sexuelles avec des femmes ou avec des hommes qui font partie de leur vie. L’obligation de chasteté apparaît comme très difficile à tenir. L’un est homosexuel, deux autres ont des relations amoureuses antérieures à leur engagement et ne parviennent pas à y renoncer. Il y a même un prêtre qui entame une relation tendre avec une religieuse (tous deux travaillent dans l’administration épiscopale), avant qu’ils décident d’y mettre fin.

On y voit les luttes de pouvoir dans l’Église catholique, y compris au plus haut niveau, celui de la papauté, à la faveur d’une fin de règne.

La série traite aussi de l’instrumentalisation des prêtres venus d’Afrique, dans un contexte de manque de vocations en Europe. La question brûlante de la pédophilie est traitée frontalement, à travers une figure de curé de paroisse incarné par Jean-François Stévenin, dont la bonhomie abuse à la fois les enfants et les parents.

Pourtant, la saison trois, diffusée en 2015, n’échappe pas à une forme assez convenue de misogynie, qui consiste à montrer une femme d’âge mûr (Noémie Lvosky), pilier de la paroisse où l’un des jeunes protagonistes fait ses premières armes comme prêtre, comme une manipulatrice névrosée, version modernisée de la grenouille de bénitier, malveillante et frustrée. Dans une tradition culturelle bien française, la misogynie avance masquée derrière une satire « de gauche » de la (petite) bourgeoisie…


>> Mini-site de Arte


>> Générique


Polémiquons ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.